@99
  Histoire et Cultures de l'Europe de l'Est @ aleph99

 

Les sections du texte:

I:

1

2

3

4

II:

1

2

3

4

5

III:

1

2

3

4

IV

1

2

3

4

5

CHEE | CHAL | ETUSCI | EQUIPE

 

C) Communication morcelée et filtres de stockage: l'encyclopédisme. Il s'agissait des projets les plus prestigieux du secteur, les plus couteux, les plus volumineux; ceux qui dans un monde où de nouvelles connaissances scientifiques et techniques étaient produites au jour le jour, voulaient intégrer ces connaissances au savoir général, accessible au public non spécialisé sous forme de dictionnaires et d'encyclopédies. Ces entreprises tendaient à dépasser les capacités russes et pouvaient intéresser les grandes maisons spécialisées de l'étranger, en l'occurence celles d'Allemagne. "L'Institut bibliographique" de Meyer à Hildburghausen, l'édition Brockhaus à Leipzig, Larousse, l'Encyclopédie Britannique faisaient finalement école en Russie, où ces mêmes maisons d'édition étaient présentes.

Un premier "Dictionnaire encyclopédique établi par des savants et des littéraires russes"[1] est publié en 6 tomes entre 1861 et 1864" avec la collaboration d'Engel'gardt et A.N. Beketov. Cela devint le "Russkii entsiklopedicheski slovar" rédigé par le géographe et spécialiste de la Sibérie, I.N. Berezin, en 16 volumes entre 1873 et 1878 à l'université de Petersbourg.

L'entreprise capitaliste Brokgaus-Efron démarre en 1891. La rédaction des premiers volumes de cette grande encyclopédie par le juriste Ivan Efimovich Andreevski(1831-1891) "représente un véritable scandale"[2]. Mais Andreevski meurt en 1891 et Fedor Fomich Petrushevskii (1828-1904), physicien à l'université et président de la société de physique de Petersbourg, qui prend aussitôt sa relève[3], eut la main heureuse. L'édition de ce 'trésor des savants russes réunis' ne se termine qu'en 1904 avec le volume 51 et une "Galerie de portraits des collaborateurs". En 1901 - avec le volume 33, qui contient un article "Technologie" de Mendeleev - l'éditeur Brokgaus-Efron apparaît associé à la société par actions Izdatel'skoe delo.

Ce n'est qu'en 1902 que Meyer, le concurrent plus libéral de Brockhaus en Allemagne, s'associe à une entreprise russe pour faire paraître la Bolshaia Entsiklopediia. La direction rédactionnelle en est confiée au journaliste, historien et philosophe S.N. Iuzhakov (1849-1910), qui avait été rédacteur au Messager d'Odessa . Mais en 1879 il est arrêté et envoyé en Sibérie comme sa soeur, Elizaveta Nikolaevna (1851-1883), une des activistes de la narodichestvo[4]. Le premier volume paraît à Petersbourg, produit par la compagnie Knigoizdatel'skoe T-bo "Prosveshchenie" (Nevskii pr. 50). 19 volumes paraîtront jusqu'en 1914.[5] Les deux encyclopédies à participation allemande furent tirées à 25 000 exemplaires chacune. Rappelons, qu'en Allemagne le tirage de Meyers 5ème avait dépassé les 300 000.

En 1911 le marché semble permettre encore une entreprise du même genre, la Russkaia entsiklopediia[6]. Onze des 20 volumes prévus à l'origine parurent jusqu'en 1916, année où l'édition est arrêtée.

En 1896 les frères Aleksandr Naumovich (1861-1933) et Ignati Naumovich (1863-1941) Granat, éditeurs moscovites depuis 1891, achetèrent les droits d'une encyclopédie relativement petite, la Nastol'nyi entsiklopedicheskii slovar éditée par A. Garbel avant 1891. La 5ème édition augmentée parut entre 1896 et 1901 en huit volumes et la 6ème en 1903 en neuf volumes[7]. Des deux frères, Aleksandr, l'ingénieur se révéla l'homme d'affaires comme son père qui fournissait le capital pour l'entreprise de ses fils; Ignati s'imposa comme le savant, juriste, économiste et sociologe, étudiant et collègue de V.K. Rudnev, A.I. Chuprov, V.A. Kosinskii à l'université de Moscou[8]. La formule de l'encyclopédie changea complètement avec la 7ème édition. Une grande encyclopédie des frères Granat avec une couverture dessinée par Leonid Pasternak, style âge d'argent parut à partir de 1910 sous la rédaction de Vladimir Ia. Zhel'znova, M.M. Kovalevski, S.A. Muromtsev, K.A. Timiriazev. Elle continua jusqu'à la révolution avec 33 volumes sous cette même rédaction et se termine en 1928 avec le volume 58.[9]

Les projets relativement ambitieux d'avant la révolution comptent également l'Encyclopédie judaïque, produite par la maison Brokgaus-Efron de Petersbourg en 16 volumes à partir de 1913[10]. Et Sytin édite sous la rédaction de Iu.N. Vagner et suivant un modèle anglais une grande encyclopédie pour enfants (14 volumes) en 1914. Y collaborent deux "révolutionnaires", N.A. Morosov et M.V. Novorusskii.[11] De même fit-il paraître une petite Narodnaia entsiklopediia nauchnykh i prikladnykh znanii (encyclopédie populaire de connaissances scientifiques et pratiques).

Après la révolution, à partir de 1926 la Grande Encyclopédie Soviétique BSE, sous la rédaction de Otto Iulevich Shmidt entreprendra une "reconstruction socialiste du savoir". La BSE fut d'abord produite par une Aktsionernoe obshchestvo "sovetskaia entsiklopediia" à Moscou. Le volume 13 paraît en 1929, le volume 54, le dernier, sortira en 1946 au Gos. nautchnyi institut "Sov. Ents.". La rédaction comprend outre Shmidt F.N.Petrov, P.M. Kerzhentsev, F.A. Rotshtein, P.S. Zaslavskii. Il n'est pas sûr, que la thèse de Jeffrey Brooks sur la séparation de l'espace publique et de l'espace privé par l'imprimé soviétique[12] s'applique bien à cette entreprise remarquable. Une petite encylopédie paraît pour la première fois entre 1928 et 1931, sa deuxième édition s'étend de 1933 à 1940 (vol.10).


[1]Entsikloped. Slovar russkikh uchenykh i literatorov, SPb

[2]Voir S.V. Belov, Brat'ia Granat, Moscou 1982

[3]Le frère de Fedor, Vassili Fomich Petrushevskii (1829-1891) fut professeur à l'Ecole d'Artillerie et en 1871 fonda une usine de soude à Petersbourg (voir S. Averbukh, Vas.Fom. Petrushevskii, Moscou-Leningrad 1963)

[4]Elizaveta Iuzhakova avait vécu à Zurich entre 1869 et 1871. Elle édita le journal "Nabat" (le tocsin), fut membre de la "Société pour la Libération du Peuple", retourna à Odessa en 1875, participa à la guerre de 1877 comme infirmière dans l'armée serbe. Voir S. Ivanovskaia P., "E.N. Iuzhakova i ee brata", katorga i sylka 1926/1

[5]Bol'shaia entsiklopediia, slovar obshchedostupnykh svedenii po vsem' otracliam' znaniia. S.-Peterburg tipografiia knigoizdatel'skago T-va "prosveshchenie". Ed. Bibliographisches Institut (Meier') Leipzig Vienne et Prosveshchenie SPb.

[6]Russkaia entsiklopediia, russkoe knizhnoe tovarishchestvo "Deiatel' pod red. S.A.Andrianova, E.D. Grimma, A.V. Klossovskago G.B. Khlopina. S. Petersbourg 1911, 20 volumes de prévus, le 11ème (et dernier?) parut en 1914 chez Aktsion. Obshch. "Myravei"

[7]Nastol'nyi entsiklopedicheskii slovar Tva Br. A. i I Granat' i Ko, 6oe dopolnennoe izdanie 1903

[8]En 1908 il publia une thèse de doctorat sur les paysans sans terre en Angleterre sous le pseudonyme d'I. Grei (voir S.V. Belov, op.cit.)

[9]Comparer I.M. Kaufman, Russkie entsiklopedii, Moscou 1960

[10]Evreiskaia entsiklopediia svod' znanii o evristve i ego kultur' v proshlom' i nastoiashchem', Obshchestva dlia nauchnykh' evreiskikh' izdanii i izdatel'stva Brokgaus'-Efron' SPb 1913-? 16bde

[11]Detskaiia entsiklopediia pod red. Iu.N. Vagnera et. al. tipografiia Tva I.D.Sytina Moskva 1914 14vol.

[12]Jeffrey Brooks, Public and Private Values in the Soviet Press, 1921-1928, Slav. Rev.48,1989 p.17: "The Soviet media lacked the broad representativeness of prerevolutionary popular culture. Unchecked by the need to sell what they produced, Soviet publishers ignored popular taste and produced materials unsuitable for the least-educated readers...they wished to instruct rather than to entertain."

I:  1 2 3 4   II:  1  2  3  4  5  III:  1  2  3  4  IV  1  2  3  4  5

 

CHEE | CHAL | ETUSCI | EQUIPE
@99
Copyright - 2000 - Aleph99
ks@aleph99.org